Historique du magasin Coop de St-Pamphile

Nous étions en temps de guerre.  Les cultivateurs, obligés de vendre leurs animaux de boucherie à des commerçants qui n’achetaient que « sur un marché montant », déploraient les pertes ainsi encourues.  Pertes occasionnées surtout par le poids des animaux : (exemple : le porc ne devait peser que 200 livres vivant pour satisfaire au marché anglais, car le gouvernement fédéral octroyait une prime de 2.50$ aux animaux classés no 1  et 1.50$ aux no 2.

Il en était ainsi pour le beurre.  Le beurrier propriétaire n’imposait pas aux cultivateurs la discipline nécessaire en vue d’un produit de qualité.

La détermination d’obtenir des rendements supérieurs suscita chez les agriculteurs le besoin de s’unir et de placer leur confiance dans les principes de la coopération.

Grâce au concours dévoué des agronomes Florian Champagne de La Pocatière et  Paul Asselin de Sainte-Perpétue, les modalités à suivre et le fonctionnement sont expliqués lors d’assemblées à la salle, dans les écoles et dans des maisons privées.  La première assemblée tenue à la salle publique, mercredi le 28 juin 1939 regroupait la majorité des cultivateurs de la paroisse.  Il a été résolu à l’unanimité de suivre l’ordre du jour que Florian Champagne avait tracé dans la lettre circulaire envoyée aux quatre-vingts cultivateurs désireux d’entendre parler de beurreries coopératives.

Principes :

  • Un homme = un vote (indépendamment du capital souscrit) ;
  • Profits répartis « au prorata » du chiffre d’affaires de chaque membre ;
  • Intérêt limité sur le capital social ;
  • Responsabilité limitée (risque sur le capital social seulement) ;
  • -Directeurs élus par l’assemblée générale pour une période de deux ans.

Prière des coopérateurs

O Dieu éternel et tout puissant, de qui vient tout pouvoir et procède toute sagesse, par qui les rois règnent et font des lois justes, nous voici réunis en votre présence.  Accordez-nous, nous vous en supplions, Dieu de miséricorde, d’observer dans nos délibérations les principes de la charité, de ne désirer que ce qui est conforme à votre volonté, de rechercher le bien avec prudence, de le découvrir et de l’accomplir parfaitement pour l’honneur et la gloire de votre saint Nom, notre sanctification et le succès de nos entreprises.

Ainsi soit-il.

Historique

Le 3 juillet 1939, cent douze membres (liste en annexe) ont déjà signé leur adhésion au mouvement coopératif en souscrivant une part de cinquante dollars (50.00$) chacun, (correspondant à 463.87$, en dollars de 1989).

La réunion du 7 juillet marque l’entrée en fonction du premier bureau de direction.

Le 21 juillet, la coopérative devient une réalité à Saint-Pamphile.  En vertu des articles 10A de la loi des Sociétés Coopératives Agricoles, sous la raison sociale « Société Agricole de Beurrerie » publiée dans la gazette officielle.

Et voici que commencent les négociations avec M. Jos H. Caron en vue de l’achat de sa  « fabrique de beurre ».  Achat effectué en septembre au prix de 6100,00$, montant prêté par M. Jérémie Litalien au taux de 4%.

Dès le printemps suivant, M. Alphonse Pelletier « se donne le trouble » d’organiser la vente de grains, de moulées et d’engrais chimiques, qu’il remisait dans la grange de son père, M. Delphis.